Accès aux archives
décembre 2016
L Ma Me J V S D
« oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Des dangers du virtuel

Publié par Docteur Foucaud Du Boisguéheneuc, 8 / 10 / 2016 / Imprimer cette page

F. du Boisguéheneuc

 

Un patient de 81 ans, ancien architecte de profession, est suivi pour une maladie à Corps de Lewy. Au cours de la consultation, il tient un raisonnement très élaboré où il est question de « connexions qui ne se font pas », de « problèmes d’organisation ». Impossible de savoir s’il parle au sens propre ou au sens figuré :

 

Le patient : « – Vous avez un cube. Le cube, vous l’installez sur une ligne. Vous ouvrez l’électricité qui chemine à un endroit jusqu’à ce qu’il arrive à un point de rupture. Tout d’un coup, il arrive au bout et pof : le cube absorbe tout ce qui est introduit dans les quatre dimensions. Pendant un certain temps (une à deux minutes), il est plan, il se retire et la connexion reprend. Là il commence à connaître ce qu’il voit.

Le médecin : – Il est où ce cube ?

– Il est sur la ligne, mettons là (dessine un cube dans l’espace). Dans mon cube assez plat – mettons 5 cm de haut, 15 cm de large –, il intercepte tout ce qui rentre et il le détruit. Il bouffe une partie de l’espace. Dès l’instant qu’il est en cube, il commence à détruire.

– Vous êtes en train de parler de votre cerveau ?

– Non, c’est un cube informel, un cube qu’on ne peut pas saisir sinon il ne pourrait pas détruire ni absorber.

– Je ne comprends pas.

– Tu ouvres un bouton électrique. Bon. Tu continues à bourrer le cube avec de l’électricité, et quand tu as fini de bourrer, lui il s’ouvre et il bouffe tout ce qui se trouve autour de lui sur environ six mètres et là il s’arrête. A ce moment l’invisible informel qui suit mon cube reste ouvert et puis ça s’évapore. On stoppe l’interrupteur et à ce moment, l’image revient. Ça peut s’arrêter comme ça à l’infini. Il fout le bordel dans la pièce (excusez-moi du terme), il reproduit deux fois tout ce qui est dans la pièce. Le matin, il reforme tout ce qu’il a déformé la veille. C’est spectaculaire. C’est tellement fantastique et réel à la fois qu’on aimerait en faire un double. Ça peut arriver une fois par an. »

Sa femme : – Je ne sais pas où il est ».

Après avoir cru un instant qu’il me parlait de ses états de conscience, je me dis qu’il a dû s’endormir devant son écran de veille.

 

Hypofixation occipitale bilatérale (scintigraphie HMPAO)et atrophie corticale postérieure à l'IRM

Hypofixation occipitale bilatérale (scintigraphie HMPAO) et atrophie corticale postérieure à l’IRM

Vous êtes professionnel de santé et vous souhaitez participer au staff CM2R ainsi qu'à la publication de cas sur le site PNG ? Merci de bien vouloir nous donner vos coordonnées afin de créer un profil participant.