Accès aux archives
mai 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Perte des connaissances sémantiques élémentaires

Publié par Docteur Foucaud Du Boisguéheneuc, 24 / 05 / 2017 / Imprimer cette page
L'atmosphère : météorologie populaire (1888) de Camille Flammarion.

Où le ciel et la Terre se joignent. L’atmosphère : météorologie populaire (1888) de Camille Flammarion.

Un homme de 73 ans est suivi dans le cadre d’une dégénérescence lobaire fronto-temporale ayant débuté par une prosopagnosie progressive. Les troubles du comportement sont au premier plan : affichage de tracts xénophobes ou tags, vols d’articles dans les grandes surfaces, retrait de permis avec délit de fuite, raconte à tout le monde ce qu’il a sur son compte bancaire. Son épouse rapporte les faits suivants :

 

« – Il crie, il parle beaucoup et très fort, il siffle tout le temps. Quand il regarde la télévision, il fait des commentaires sans arrêt, ce qui est insupportable pour les autres. Il mange tout ce qu’on lui donne, les fruits avec la peau, il lèche son assiette et il fait des réflexions aux autres sur leur façon de manger. Il leur prête sa fourchette. Après il passe son temps à se frotter les mains ou à enlever des miettes. » « Il est obsédé par l’heure, il compte les minutes en criant. Il sait encore lire l’heure, il calcule sans arrêt les équivalences entre le cadran de l’horloge et l’affichage de sa montre. Avant il s’intéressait à la date, il comptait les mois depuis son arrivée, mais maintenant, il est resté bloqué à 13 mois. Quand il se promène dans le jardin, il compte les tours. Il fait toujours 12 tours sur le « vert » (l’herbe) et 3 tours sur le « noir » (partie goudronnée). »

 

Collectionnisme

Collectionnisme

« Il peut rester un mois sans se laver ni changer de vêtement. Il se couche tout habillé. Tout ce qui rentre dans sa chambre est à lui. Il collectionne les pantoufles des autres résidents et si on les reprend, il dit qu’une femme lui a volé ses chaussures. Il collectionne les poupées ou les peluches qu’il trouve dans les chambres des autres résidents. Il les installent sur son bureau et il dit qu’ils le regardent. Quand il passe à côté, il les caresse sur la joue puis sur la tête et leur serre la main. »

 

TDM et scintigraphie HMPAO : atrophie et hypofixation temporale droite

TDM et scintigraphie HMPAO : atrophie et hypofixation temporale droite

« Il ne reconnaît pas son violon. Il n’a jamais voulu en jouer car il dit que ce n’est pas le sien : le sien n’est pas de cette couleur, il est moins lourd, ce ne sont pas ses partitions. Il fait de la « musique » en tapant sur son lit. Il ne reconnaît pas les membres de la famille sur les albums. Lorsqu’il parle de ses parents qui sont décédés et enterrés, il dit qu’il faut y aller pour « enlever le truc qui est dessus » parce qu’il « veut voir leur tête ». Il ne comprend pas ce qu’on lui dit : « Mais qu’est-ce que tu dis ? » Je lui parle de son chat, j’essaye de le dire avec d’autres mots, de lui rappeler des anecdotes, je lui apporte des photos mais il comprend pas. »

 

« Maintenant, il ne comprend plus ce que sont le soleil, le ciel, les nuages, la nuit, la pluie, le vent… et se pose beaucoup de questions :

Le soleil : « il y a du jaune par terre », « du jaune qui est tombé », « pourquoi ? », « d’où ça vient ? » Il va à la fenêtre : « est-ce qu’il y a du jaune ? Non, il n’y a pas de jaune. »
Le ciel : « il est descendu », « tombé », « pourquoi ? », « comment ça peut se faire ? », « il y a bien une route sans doute. J’irai voir avec mon vélo ».
Les nuages : « mais qu’est-ce que c’est que ce blanc dans le ciel ? », « pourquoi c’est blanc ? ».
La nuit : « pourquoi les arbres deviennent noirs ?», « les maisons », « le haut de ma maison est noir » (plafond de sa chambre).
La pluie : « d’où elle vient cette eau ? », « comment ça se fait ? »
Le vent : il passe tous les arbres et arbustes en revue pour voir ceux qui « bougent » et est très étonné qu’ils bougent tous : « comment ça se fait ? », « pourquoi ? »

Il se demande si c’est pareil de l’autre côté du bâtiment : « comment ça se passe derrière la maison ? », il va vérifier et il s’étonne que ce soit pareil.

Un jour, il m’a dit en voyant la mer à marée basse : « Je n’ai jamais vu ça. » Il a arrêté une passante et il lui a demandé : « pourquoi la mer est partie ? »

Vous êtes professionnel de santé et vous souhaitez participer au staff CM2R ainsi qu'à la publication de cas sur le site PNG ? Merci de bien vouloir nous donner vos coordonnées afin de créer un profil participant.